Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
A la une / actualité

Pêche illégale

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 8 décembre 2015 (modifié le 16 juin 2016)

La pêche illégale étrangère est un véritable fléau pour la production halieutique de Guyane.

La lutte contre ces pratiques illégales, que l’OCDE qualifie de « pêches pirates », est une priorité pour l’État français.

Ainsi, en 2015, la direction de la mer de Guyane a prononcé le déroutement de 36 navires illégaux étrangers dont 8 battant pavillon brésilien, 7 du Surinam et 21 navires sans pavillon.

Ces navires déroutés ont été pour la plupart saisis puis détruits après décision de justice.

Mise au sec d’un navire dérouté

L’impact pour la ressource est réel car ces déroutements ont permis de saisir plus de 53 tonnes de poissons capturés illégalement dans les eaux françaises.
En outre, plus de 106 kilomètres de filets ont été également saisis et détruits.

La coordination des opérations de lutte contre les pêches illicites est conduite par le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Antilles-Guyane, avec la participation active des moyens des Forces Armées de Guyane, de la gendarmerie et de la direction de la mer .