Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
A la une / actualité

Déroutements à Sinnamary et à l’est

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 avril 2017 (modifié le 27 avril 2017)

Dans le cadre de la lutte contre la pêche illégale, le déroutement de deux navires sans pavillon (sans nationalité officielle) a été ordonné, ce lundi 24 avril, par le coordinateur de la police des pêches maritimes en Guyane, adjoint au directeur de la mer.

Le navire " Miss Rachel II ", d’une longueur de 15 mètres, a été appréhendé par la brigade de gendarmerie de Sinnamary alors qu’il tentait de se dissimuler à l’embouchure du fleuve. Le navire et le produit de sa pêche ont été saisis. Le capitaine a été condamné à 6 mois de prison ferme.

Le navire " Nova Vida II ", d’une longueur de 12 mètres, a été appréhendé par l’équipage de la Capricieuse, patrouilleur de la marine nationale, dans les eaux territoriales françaises à environ 9 kilomètres de la frontière brésilienne. Le navire et le produit de sa pêche ont été saisis. Le capitaine a également été condamné à 6 mois de prison ferme..

Cela porte à 89 le nombre de déroutements ordonnés depuis le 14 octobre 2014, date d’application de la nouvelle loi sur les déroutements.

En Guyane, environ 90% des navires déroutés sont sans pavillon. En conséquence, le juge des libertés et de la détention ordonne généralement leur destruction. Il s’agit d’une disposition spécifique à la Guyane, prévue par l’article L951-10 du code rural et de la pêche maritime.

La lutte contre la pêche illégale demeure une priorité de l’ensemble des services de l’État. Les effectifs de la direction de le mer de Guyane consacrés à cette mission vont être renforcés dans les prochains mois.